Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Qu’est-ce qu’un islamiste modéré ?

Publié par The Algerian Speaker sur 8 Avril 2011, 07:36am

Catégories : #KHALOUTA BELLOUTA (Divers news)

Il faut se poser cette question car nous entendons souvent ces termes employés par la presse pour définir les partis qui se présentent aux élections sous la bannière d’un Islam assagi et tolérant comme en Turquie par exemple, ou au Maroc ou en Algérie, des Islamistes qui officiellement se disent prêts à jouer le jeu démocratique pour parvenir au pouvoir, on pourrait dire, dans les règles de l’Art politique.

L’islamisme politique se définit comme une idéologie se réclamant de l’Islam qui a des ambitions sociales et politiques, son effort porte sur la conduite des hommes et prône la solidarité et la fraternité au sein de la communauté, des valeurs éminemment respectables que chacun peut revendiquer. Mais cette idéologie prend sa source essentiellement dans la Chariaa qui, plus qu’un code de conduite, est un ensemble de lois juridiques et sociales extrêmement précises et contraignantes accompagnées par des châtiments corporels, comme la lapidation ou l’amputation d’un membre, qui peuvent sembler barbares dans leur application dans certains pays rétrogrades.
La première question qu’il faut poser à ces islamistes modérés est celle-ci : sont-ils pour l’application de la Chariaa et de ses châtiments corporels ? Pour être honnête, je ne pense pas sincèrement qu’un Erdogan ou un Güll, au pouvoir actuellement en Turquie, prôneraient l’application de châtiments corporels, cela provoquerait un véritable tollé dans cette Europe dont ils ont l’ambition officiellement de faire partie. Par contre, ces deux dirigeants sont certainement pour l’abolition de la laïcité qui préconise la neutralité de l’Etat envers les religions, pour l’instauration d’un régime islamiste et surtout pour l’affirmation d’un dogme, créateur d’une pensée unique, une porte ouverte à l’instauration d’un ordre moral et d’une censure rigoureuse. Pourrait-on nier l’existence de Dieu dans ce type de régime sans redouter d’être taxé d’apostasie et de craindre pour sa propre vie ? Pourrait-on enseigner dans les universités les théories de l’évolution qui replacent dans leur véritable contexte l’origine de la vie? Aurais-je le droit, en tant qu’individu, d’exister, de me comporter, de penser et de dire ce que je veux dans les limites de la liberté de l’autre ?
Si l’Islam prôné par les islamistes consiste à respecter les valeurs de la science et la primauté de celle-ci sur toutes autres considérations, alors que signifie le fait d’être islamiste ?
Etre musulman est une chose, être islamiste en est une autre. J’aimerais comprendre par exemple pourquoi les épouses des deux principaux dirigeants turcs sont voilées. Que signifie le fait de porter tailleurs et pantalons et de s’affubler d’un foulard ou peut-être est-ce cela qui définit l’islamiste modéré? J’aimerais demander respectueusement à ces deux femmes si elles accepteraient de perdre les droits civiques dont elles disposent dans la Turquie laïque pour devenir des mineures sur le plan juridique si par malheur un régime islamiste était mis en place dans ce beau pays.
C’est peut-être cette confusion entretenue qui m’inspire une solide méfiance envers ce qu’on appelle « islamiste modéré» car je pense sincèrement qu’on est un islamiste modéré dans l’opposition et un islamiste pur et dur au pouvoir. L’islamisme politique a la volonté de régenter la vie sociale et intime des citoyens et je ne parle pas du statut des femmes reléguées dans un état de soumission qui est une véritable insulte à l’intelligence. Dans un régime islamiste, l’ensemble des citoyens est censé vivre dans la soumission de la loi divine dont l’interprétation est laissée à quelques théologiens qui disposent du vrai pouvoir comme on le constate en Iran ou sous la sinistre tyrannie de ce qu’on a appelé les talibans en Afghanistan lorsqu’ils étaient au pouvoir. Il ne peut y avoir de cohabitation entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel car le pouvoir ne peut se partager et toutes les sociétés démocratiques ont fait ce partage et donné à chacun son espace d’expression. Au pouvoir temporel, celui de la gestion des hommes et de leur imbroglio, et au spirituel, l’opportunité laissée à chaque individu de répondre à sa manière aux interrogations existentielles dans une relation libre et ouverte avec sa propre conscience. Mais le pouvoir engendre trop d’appétits pour que ce partage se fasse sereinement et il a fallu des luttes parfois sanglantes pour reléguer le pouvoir des religieux dans leur seul espace spirituel. Je constate avec désespoir que la lutte à mener est loin d’être gagnée et que l’hydre semble renaître, se nourrissant de la peur des hommes et de leur angoisse existentielle.
Le Monde arabe est malade de sa surenchère religieuse, entre islamistes modérés et intégristes de tous bords, les Arabes s’accrochent à leur religion comme à une planche de salut sur un océan de tourmentes en en faisant leur seule identité et leur seule référence, oubliant le grand profit à entendre et à connaître les autres peuples. Qu’il était grand le temps où l’Islam recommandait d’aller chercher la connaissance jusqu’en Chine. On ne peut cloisonner sa pensée sans dommage car la modernité s’imposera un jour ou l’autre, inexorablement. La sanction du réel, celle de la vérité scientifique, balaiera tous les dogmes. Prendre le train de la modernité, c’est commencer par relativiser ses propres croyances et surtout accepter de vivre avec sa propre ignorance. A tous les excités de tous bords qui se croient investis d’une mission divine, on a envie de recommander plus de modestie et de tolérance, le maître mot pour un « vivre mieux » ensemble, harmonieux et pacifique.
F.Z.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents